Cyril Chamard, fondateur et premier président de la ligue, revient sur les origines du projet

Nawaraj Sanjel, népalais issu d’une caste noble mais sans fortune, étudie à l’université de Katmandou pour devenir professeur. Pendant ses études il rejoint un groupe d’étudiants chrétiens et se convertit à la foi chrétienne. Ces études terminées, il part en Angleterre avec son épouse pour 3 années de formation théologique. C’est là que Dieu fait naître dans le cœur du couple une forte conviction : ils vont dédier leur vie aux enfants.

Cyril Chamard, de son coté, termine son école d’ingénieur à Grenoble. Cyril est chrétien et il pense donner une année de sa vie à une œuvre humanitaire. Son frère étudie alors en Angleterre et lui parle de Nawaraj. Cyril pensait se mouiller sur le terrain, voir un peu de pays, mais Nawaraj lui dit qu’il a plus besoin de son argent que de ses bras. Ainsi soit-il.

Nawaraj retourne au Népal en Septembre 2010. Pendant un peu plus d’un an, Cyril donne 1000 € par mois, l’exacte moitié de son salaire. Nawaraj lance une association à but non lucratif. Ils achètent ensemble des lits et des fournitures, louent et arrangent une maison et enfin obtiennent l’autorisation d’accueillir des enfants.

Les cinq premiers orphelins arrivent. Avec l’argent de Cyril et l’aide financière de deux amis d’université, Nawaraj ouvre aussi une école dont il devient l’actionnaire majoritaire.

Ils le savent tous les deux, il faut aller plus loin. Cyril fait le tour de ses proches, les invite à parrainer de nouveaux enfants. Un petit groupe s’agrège. Parmi eux, la famille de Cyril mais aussi Fabrice Jouve, Olivier Richez et Natacha Cordier.

En Septembre 2011, le collectif décide de fonder une association en France ; pour assurer une transparence des mouvements financiers, intégrer des crédits d’impôts et formaliser la belle dynamique. Les premiers enfants accueillis commencent déjà à sourire sur les photos que Nawaraj envoie ; le nom de l’association est tout trouvé, La ligue du sourire.

L’assemblée générale constitutive se tient au McDonald à Lyon, sans prétention, seulement parce qu’il y a du Wi-Fi et qu’Olivier aime les hamburgers. Cyril, est président ; Fabrice est trésorier ; Natacha est secrétaire et Olivier Vice-Président. Kévin veut rester simple membre.

Les membres fondateurs ont-ils alors conscience qu’ils sont tous, eux-mêmes, orphelins ? Dieu n’empêche pas tout le mal que les Hommes se font mais aide volontiers à prendre des revanches sur la vie !

Maintenant, j’en ai conscience : tout était écrit d’avance par celui qui est le Père de tous, Dieu. La Ligue est son œuvre, nous en sommes les instruments.

Cyril Chamard

Fabrice – le président

En 2011, nous créons l’association : dépôt des statuts et ouverture d’un compte bancaire. A cette époque l’orphelinat accueille 5 enfants et nous avons beaucoup de difficultés pour trouver des donateurs. Mon argumentaire est alors bien faible pour prouver le sérieux de notre entreprise. Je fais confiance à Cyril, qui fait confiance à Nawaraj… Je suis seulement armé d’envie. C’est léger.

La première année nous bataillons beaucoup pour suivre le rythme. Fin 2012 ce sont déjà 18 enfants qui sont accueillis. Il faut trouver un parrain capable de mettre 40 euros sur la table pour chacun d’entre eux et en plus il y a un ticket d’entrée : achat de vêtement, parfois de médicaments, d’éléments de literie. Comment Nawaraj réussit-il à accueillir tous ses enfants ?

De notre côté, il nous faut nous structurer, être capable de parler de nous et assurer une communication entre nous et avec le Népal. Des idées sont proposées, et si on… et si on… Les mettre en œuvre demande temps et énergie.

Nawaraj et Vidhya obtiennent de super résultats. Quand je me rends au Népal, la première fois en 2013 , je leur demande comment ils réussissent, ils répondent des choses simples :

« Être organisé, avoir envie, beaucoup travailler ».

et ils ajoutent : « Quand nous doutons nous prions et Dieu nous donne sa force ».​

C’est très déconcertant pour moi.

On continue, les dons affluent, un terrain est acheté, un bâtiment est construit, lors des séismes de 2015, on trouve plus de 10 000 euros en 1 mois pour acheter nourritures, vêtements, tentes et couvertures pour les démunis de Katmandu et des villages.

L’école grandit, d’abord une vingtaine d’élèves, puis 400 en 2018 et 800 en 2020 !

En mars 2019 je prends le poste de président à la suite de Cyril. Un super défi. L’oeuvre de l’association est belle. Quand je me pose la question de ce qui est important dans la vie, donner du temps pour aider des orphelins me parait un très bon choix !

Je suis allé plusieurs fois au Népal 2013, 2015, 2018 et 2020. A chaque fois, je fais le plein de photos, de souvenirs et surtout d’énergie pour développer l’association. J’invite tout le monde à se rendre au Népal. Prendre le temps de parler avec Nawaraj et Vidhya autour d’une assiette de riz et de lentille dans leur cuisine forge la motivation.

Vous voulez essayer ? contactez nous ! 🙂