Nawaraj dit qu’il veut changer son pays, c’est un travail de tous les jours. Il puise sa force et sa persévérance dans sa foi. Il est un exemple pour tous. 

Il transforme le visage du Népal, à commencer par la vie des enfants qu’il sort des rues et de situations très difficiles. Il y a aussi l’école qu’il a lancé avec une vingtaine d’élèves et qui en compte plus de 800 en 2020.

Et ce n’est pas tout, il est maire de son village natale et pour ce village il œuvre aussi. Construction d’école, de routes… Il trouve des fonds et les utilise intelligemment.

Il rêve de nourriture, d’un toit, d’éducation et d’amour pour tous les Népalais. Il rêve mais garde un esprit pragmatique. Il travaille, et petit à petit construit des réussites.

Quand on rend visite à Nawaraj voilà ce qu’il vous dit :

« In the past I have seen many places where people have made many mistakes. Their writing is better that what they do. Their report is better than the reality. So when friends are coming, it is giving me confidence. There is nothing to hide here. You know everything. It is good for me ».

« Je suis heureux que vous veniez ainsi vous pouvez voir les choses telles qu’elles sont pour de vrai. Les gens font des erreurs et ils leurs écrits enjolivent la réalité lorsqu’ils font des compte rendus, moi je préfère que mes amis viennent voir la réalité. Je n’ai rien à caché ici ».

Alors, venez visiter Smile Home !

Dans une période difficile, un jour il m’a dit : 

« My head is panicked but my heart is in peace. So I control my head with my heart. My heart says follow the lords, be confident. So I am fully controlled”.

« Ma tête est paniquée mais mon cœur est en paix. Donc je contrôle ma tête avec mon cœur. Mon cœur dit de suivre le Seigneur, d’être confiant. Je suis donc complétement en contrôle ».

Nawaraj et Vidhya dans leur jeunesse
Peinture d’un enfant

Intégration of new kids in smile

« For the old kids, they are adopted with the culture here. When the new ones come, the challenge is that they come from very difficult backgrounds. They come here and they have very different culture system, environment… that makes it very challenging at least for 3, 4 months. Then they gradually start adopting things. That is why we try to bring kids when they are young age, not the older one. People ask us for the older ones as well, but we say no. The reason is they are already in something very difficult. So, when we bring them, there is a big challenge whether they adopt us or smile kids may adopt them. Some of the other kids may adopt their culture and that will bring a very big chaotic environment in the family here. That is why we prefer the younger ones rather than the older. »

Intégration de nouveaux enfants dans smile home

« Les enfants qui sont là depuis longtemps font vivre les valeurs de la maison. Lorsque les nouveaux enfants arrivent, le défi principal est l’intégration car ils viennent de foyers difficiles. Ils arrivent ayant des cultures différentes. Pendant à peu près 3 ou 4 mois, c’est difficile. Ensuite, ils s’adaptent. C’est pour cette raison que nous essayons d’accueillir les enfants quand ils sont le plus jeune possible. Les gens nous demandent d’accueillir aussi les plus grands, mais nous refusons. Un grand pourrait entraîner d’autres enfants plus petits en dehors des valeurs et ce serait difficile pour tout le monde. »

Why are they so many orphans in Nepal ?

Father and mother are in conflict. There get divorced. The kids of them, we got lots of request for those children. When father and mother are departed, kids are with their mother and mother decide to marry someone else that cannot take care of them. I would say 90 % of the time the new husband does not accept the kids and there is a big chaotic situation for the kids. Actually those children, I don’t know why but there is no support from the government for those children yet.. and there is no support for those mothers as well. Mostly this happens in the villages, the reason is poverty. The reason behind is poverty…

This kind of situation is going in Nepal and lot of girls, when they turn into teenage there are a lot of possibility they go into prostitution. The statistics say that.

Pourquoi y a t il autant d’orphelins au Népal ?

C’est lorsque les parents se disputent et divorcent. On est beaucoup sollicité pour les enfants dans ces types de situation. Quand la mère a la garde des enfants, et qu’elle se remarie, le nouveau mari ne veut pas d’eux (il ne veut pas d’eux souvent par manque d’argent). Je dirais que dans 90% des cas, le nouveau mari n’accepte pas les enfants et les enfants sont mis de côté. Pour ces enfants, je me demande pourquoi il n’existe pas d’aides financières pour l’instant… Les aides n’existent pas pour les mères non plus. C’est souvent le cas dans les villages. La pauvreté contribue énormément à ce problème.

Cette situation est la norme au Népal. Les filles qui sont mises de côté se tournent souvent vers la prostitution. On le voit dans les statistiques.

Des membres de la ligue discutent avec Nawaraj

Recul sur le travail de Nawaraj en mars 2020 :

​ »There are thousands of kids like those in Nepal, we are just doing for 25 30 kids. If you turn into pourcentage that is a very less number.

As a one person, I know that I can’t transform thousands of people. I can touch 10, 20, 30, 40. That is my job, that is what I have to do.

I told the kids I am going to retired very soon. I told them you need to continue this. I am challenging them. Maybe for 5 years more… I am not going to retire but I told them that I am not going to lead like I am leading today. That is what I told them. I don’t know if they will want to continue this or not, if they would like this kind of thing or not.

To be honest with you, it is really challenging work. Because it is not one day, it is every day, 365 days a year. We are doing it for the last 10 years now. We have found big difficulties. If you want to live a very relax life with your own personal family, if you don’t want to hear a noise. If you want to be in a very quiet place. If you want to work throughout the day and have quiet time in the evening. If you want to sleep in the morning you can’t do it. From the very early in the morning to late in the evening, you have to be there. You can’t be quiet. Everything comes up. People who want to live isolate life, this is not a work for them.

Sometimes i question myself: « why I was born? » and I ask Vidhya: « Why are you born? » and I answer: i am not born for myself. I was born for others. That is what I believe, that is my theory of my life. I wasn’t born for myself that is why I can’t just enjoy being myself and being in an isolated life. I love people, i want to be connected to people. So that’s really give me a lot of energy. Now as a maire job, i meet hundred people per day, every day. I talk to them, i listen to them, to their problems. There are lots of problems in the villages. There is a family conflict, there is poverty, there are health issues. There are big alcoholic issues. I get complains, there are fights, quarrels in family, with neighbours. So they keep coming to me and they ask help, solution as being a maire. There is a lot of development going on, i need to to find the founding from the central government, the provincial government and bring it to the local government. This is my job. So I met with the ministers, i meet with the MPees, members of parliament, and i report the situation there. I talk to them and they try to fund according to my briefing. They go there, they see the situation and they try to fund. I meet with people all the time. Sometime i stay home, like for 3 hours. I just want to take a rest. I can’t. I don’t know why. I can’t. I just want to do something. I cant just be still. And other this last 3 years, i have never been sick. So i really find myself that god has giving me the strength to do this work. That is why I cannot be just doing little things. I was not born to just do little things. That is how I feel. I need to do something that impacts for the people, developp their mentality, support in their family, help being a better person so that if i do that, and many people do like this that will definitively change the environment of a country like Nepal.

I don’t want to migrate to another country. Yes, Nepal has got many felt. Many people like me they try migrating. They want to go to America, they want to go Australia, they want to go to Europe let’s say, the western world where there are more facilities, good roads, good water, good health, good education. I think that if every people like up my age try to migrate and try to do nothing for being here the country will stay the same. I want to be an agent. I got opportunity to be abroad, i decided no. I said I want to be here. I am not after money. People try to go there to earn money. I said : what do I take with me when I die. I take nothing. I don’t take any money with me, I don’t take anything with me. I just want to leave a name when i die. A name that gives people a positive vibration you know. When you call here the name MAhac Gandhi, he brought freedom to India. If you hear the name Nelson Mandela, this is the same. What he left is his name so when i speak about Nelson Mandela it gives good vibration in my life. Wahou he did something great. So I just want to leave a name. I am not sure Nawaraj will be named by people in the world but at least they can name in my community (laugh). That is what i am doing. I am not doing alone. People like you (ligue du sourire) they are people that are really supporting my vision. And i am bringing it into reality but they are people who are helping; I can’t do it alone. »

« Il y a des milliers d’enfants qui sont mise de côté au Népal et nous accueillons seulement 25-30 enfants. C’est un minuscule pourcentage.

Etant une personne, je ne peux pas aider des milliers de personnes. Je peux toucher 10, 20, 30, 40. C’est mon travail et c’est ce que je dois faire.

J’ai dit aux enfants que je vais un jour prendre ma retraite de l’orphelinat. Je leur ai dit que c’était à eux de le continuer. Je leur ai lancé un défi. Peut-être 5 ans de plus… Je ne vais pas prendre ma retraite mais je leur ai dit que je ne vais pas gérer autant que aujourd’hui. Je ne sais pas s’ils désirent continuer ce que j’ai commencé.

Pour être franc avec vous, c’est un gros travail de gérer un orphelinat. Car ce n’est pas seulement un jour mais 365 jours dans l’année. Ça fait 10 ans que nous le faisons. Nous avons connu de grosses galères. Et puis, ce n’est pas possible d’avoir de l’intimité en famille. Si tu veux travailler toute la journée et être tranquille le soir, ce n’est pas possible. Dormir le matin n’est pas possible et jusqu’à tard les soirs, ils faut être prêt. Ce travail n’est pas pour les gens qui veulent vivre une vie tranquille.

Parfois je me demande « pourquoi suis-je né ? » Je demande la même question à Vidhya « pourquoi es-tu née ? » Je réponds « Je ne suis pas né pour moi-même mais pour les autres. C’est ce que je crois. Je ne suis pas né pour moi-même et c’est pour cela que je ne peux pas faire ce que je veux et vivre ma vie pour moi. J’aime les gens et je veux être connecté à eux. C’est ce qui me donne de l’énergie.

Etant maire, je rencontre des centaines de gens par jour. Je leur parle, je les écoute parler de leurs problèmes. Il y a beaucoup de problèmes dans le village. Il y a les conflits de famille, la pauvreté, les problèmes de santé. Il y a aussi les soucis d’alcool. J’ai des plaintes. Il y a les bagarres, les conflits de voisins.

Mais il y a aussi une évolution positive. J’ai besoin d’aller trouver du financement du gouvernement pour la gestion locale. Donc j’ai rencontré les ministres, les députés pour les relier la situation. Ils m’accordent le financement en fonction des rencontres. Ils viennent occasionnellement voir la situation. Je vois tout le temps des gens, à droite à gauche. Parfois, je reste à la maison mais seulement pour 3 heures. Si je veux me reposer, je ne peux pas. Je ne sais pas pourquoi. J’ai envie de faire quelque chose. Je ne peux pas faire rien !

Les 3 dernières années, je ne suis pas tombé malade. Dieu me donne encore et encore la force. C’est pour cela que je ne me contente pas de faire que les petites taches. Je ne suis pas né pour faire seulement les petites tâches. C’est ce que je crois. J’ai besoin de faire les choses qui touchent les gens, de développer leur attitude, d’aider les familles, de les encourager à faire comme moi. A la fin, voir le Népal changer.

Je n’ai pas envie d’émigrer à l’étranger. Certes, le Népal a beaucoup de défauts. Il y a beaucoup de gens qui émigrent. Ils veulent aller aux Etats-Unis, en Australie, en Europe. Disons que l’Occident a plus d’avantages, comme de meilleures routes, de l’eau potable, de meilleurs systèmes de santé, meilleure éducation, etc. A mon avis, si les gens de mon âge partent tous, mon pays ne changera pas. J’ai eu l’opportunité d’aller à l’étranger mais j’ai décidé de ne pas y vivre. J’ai dit « je veux être au Népal. » Je ne cours pas après l’argent. Les gens d’ici courent après l’argent. Je dis « qu’est-ce que je prends avec moi quand je meurs ? » Je ne peux rien prendre avec moi. Mahatma Ghandi a libéré l’Inde. Nelson Mandela a fait pareil. Lorsque je pense à Mandela, je me dis qu’il a fait de grands exploits. Je veux laisser le même empreinte que lui. Je ne suis pas sûr d’être connu mondialement mais dans ma communauté j’espère (il rigole). C’est ce que je fais et je ne suis pas le seul. Les gens comme vous (la Ligue de Sourire), les gens qui soutiennent cette vision que j’ai. Je la réalise mais c’est avec votre aide; je ne peux pas le faire seul ».

Que dit on de toi Nawaraj ?

In very near futur, you will see me on news because im going to build a campus in Gimde, campus means higher education. There are schools in Gimde, but there is no bachelor / master degree level in Gimde. Because this is a village area.  I am going to decide to build the facilities for bachelor degrees, master degrees. 

I am quite famous : people follow me, because I am not corrupt, I do not do any corruption, this is my identity. If I say I am corrupt even people don’t believe. It is because this is my identity.

I do things different. I have a different perspective. They are no such facilities in the village and I thought it was possible and I though we had to build it.

I say I do things in a different way, because even the people don’t think about it.

I think about it, I tell people it will be possible, I said : if we work it will be possible. There is one word in English that explain how I work. It is the word efficient. I try to finish the work with low cost. High product and low cost.

Dans un futur proche, vous me verrez davantage dans les nouvelles car je vais construire une université à Gimde. Il y a des écoles à Gimde mais il n’y a pas d’université, car il s’agit d’une zone rurale. 

Je suis très connu, et les gens me suivent car je ne suis pas corrompu. Je ne fais aucune corruption. C’est mon identité. Même si je dis que je participe à la corruption, les gens ne me croiront pas car c’est mon identité.

Je fais les choses différement. J’ai une vision différente. Il n’y a pas de telles constructions dans les villages et j’ai pensé que c’était possible. J’ai pensé que nous devions construire cela. 

Je dis que je fais les choses différemment car les personnes ne pensent même pas à ce que je veux faire. Je pense faire ça, et je dis aux gens que c’est possible. Je dis que c’est possible si nous travaillons. Il y a un mot pour dire comment je travaille. C’est efficient. Je fais le travail à couts réduits. Beaucoup de résultats et des couts faibles.